Voilà plusieurs mois que je dénonce la situation qui règne actuellement au Parc Maximilien. Voyant que la situation n’évolue pas, et recevant de plus en plus de courriels, de lettres et de messages provenant de Bruxellois habitant ce quartier, j’ai décidé de prendre le taureau par les cornes afin d’en finir une bonne fois pour toute avec ce qui sert de « hub » à des centaines de migrants.

Cette semaine, j’ai donc rencontré le secrétaire d’Etat à l’Asile et à la Migration Theo Francken et des collaborateurs du Ministre de l’Intérieur Jan Jambon afin d’aborder ce sujet. Il en résulte un plan en trois axes qui permettra d’évacuer le parc et de faire le tri entre demandeurs d’asiles et illégaux qui, pour la plupart, veulent aller au Royaume-Uni ;

  • Le premier axe est d’étudier la situation dans son ensemble : c’est à dire comprendre comment le Parc Maximilien est devenu le point de ralliement, en Belgique, de la migration internationale.
  • Le deuxième axe est de déplacer les migrants : plusieurs options sont sur la table, j’ai proposé les casernes d’Etterbeek, mais d’autres lieux sont envisageables, comme le local ouvert à Haren ou l’ancien siège de l’OTAN.
  • Le troisième axe sont des mesures techniques de l’autorité communale, en augmentant, par exemple, les contrôles de police, mais aussi en développant une plus grande coopération avec la police fédérale et la zone de police Nord.

Le Parc Maximilien n’a pas pour vocation de devenir un second Calais en plein centre de Bruxelles !

Mon action politique, je la fais avant tout pour les riverains du Parc qui n’ont rien demandé, et qui pourtant subissent cette insécurité au quotidien. J’ai reçu la lettre d’une mère de famille qui n’ose plus faire sortir ses enfants ! Il faut donc que l’autorité publique permette aux Bruxellois de se réapproprier ce lieu.

Ensuite, je pense également à la traite des êtres humains… En laissant ces flux migratoires incontrôlés arriver en Europe, nous favorisons, de facto, le développement d’économies parallèles basées sur la traite humaine et le commerce d’être humain…  Et ça, je le trouve inacceptable, peu importe notre couleur politique.

Retrouvez mon interview complète sur le site de l’Echo (https://www.lecho.be/economie-politique/belgique-bruxelles/Bruxelles-ne-veut-plus-de-migrants-au-parc-Maximilien/10032637). N’hésitez pas à me faire part de votre point de vue et votre avis !